Responsabilité Sociale de l'Entreprise, l'approche Sudoku

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est souvent synonyme de contrainte. Mais on peut l'appréhender d'une manière ludique, en cherchant à s'articuler aux parties prenantes qui environnent l'entreprise, à la façon d'un joueur de Sudoku.

Selon une récente étude "les entreprises françaises mobilisent encore peu la Responsabilité Sociale des Entreprises. [Pourtant elle] procure un gain de performance en moyenne de l’ordre de 13 % par rapport aux entreprises qui ne l’introduisent pas (toutes choses égales par ailleurs),  en particulier quand elle relève de l’initiative volontaire et non de mesures contraignantes." Responsabilité sociale des entreprises et compétitivité - Salima Benhamou Marc-Arthur Diaye1

 

Pourquoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) peine-t-elle tant à s'ancrer dans les entreprises alors même qu'elle est, selon cette étude, facteur de compétitivité? Sans doute parce que la RSE est vécue la plupart du temps comme une contrainte supplémentaire à gérer. Il faut dire qu'elle a souvent pris la forme de la certification (ISO 14001 et 26000), processus parfois lourds et coûteux à mettre en place.

 

Une autre approche est possible qui renoue avec les sources.

 

La RSE, c'est prendre en compte les intérêts des parties prenantes. Quoi de plus naturel au fond que de prendre soin de son environnement immédiat? De ses clients, de ses employés, de ses fournisseurs? Une image vient à l'esprit, celle du Sudoku. Dans ce jeu, pour gagner il faut s'articuler correctement à son environnement. Ce dernier n'est ni à soumettre, ni à détruire, ni à maîtriser ; il est. Il s'impose à nous et l'effort doit consister à trouver la bonne combinaison, celle qui permet la co-existence. Dans ce jeu, il n'y a pas d'affrontement ; il y a recherche de l'intelligence de la situation. C'est cela la RSE. Chercher à tirer parti des synergies dont le milieu est porteur.

 

Comment faire?

 

Tendre l'oreille. Ecouter les parties prenantes, tant internes qu'externes. Être attentif aux sons disharmonieux, aux frictions, aux grincements de dents qui sont autant de signaux d'une mauvaise articulation des parties prenantes entre-elles. Entre collègues, entre collaborateurs et direction, entre l'entreprise et les tiers. Tout simplement.

 

  • 1. Source : http://www.strategie.gouv.fr/publications/responsabilite-sociale-entreprises-competitivite
Mots-clés: